Metaverse / Web3.0

Qu’est-ce que le « Métaverse  » ? Quelles seront ses applications futures ?

entreprise utilisant metaverse

Metaverse, un terme né dans le monde cyberpunk en 1992 et maintenant sous les feux de la rampe car utilisé par Facebook, est l’évolution d’Internet, mais ne le remplace pas. C’est un concept difficile à définir exactement, qui préfigure un ensemble de mondes virtuels et réels interconnectés, peuplés d’avatars. De nombreuses questions restent ouvertes

Le Metaverse n’est donc pas nouveau, mais il a pris de l’importance avec l’annonce de Facebook, qui a décidé de nommer la société holding du Groupe (qui contrôle les plateformes Facebook, Whatsapp, Instagram et Oculos) « Meta » et de démarrer un projet avec ce nom, un projet dont on sait encore peu de choses. Quelques jours plus tard, Microsoft a annoncé qu’à partir de 2022, il intégrera le Metaverse dans la plateforme Teams avec une fonctionnalité appelée Mash : les utilisateurs pourront créer un avatar avec lequel participer à des réunions d’affaires.

Mais alors qu’est-ce que le Metaverse  ? Qu’est-ce que cela signifie?

Nous ne sommes pas confrontés à une technologie ou même à un terme inventé par Zuckerberg, mais à un processus inévitable de convergence numérique entrepris dans la dernière décennie du siècle dernier, et qui trouve ses origines profondément dans la pensée moderne. Metaverse est l’avenir d’Internet, un ensemble d’ espaces virtuels traversés par des avatars , un pas en avant par rapport à la réalité virtuelle.

Mais voyons en détail ce qu’est le Métavers, sachant qu’il n’est pas possible de le définir exactement.

Les origines du Métaverse

« Metaverse » est un terme inventé par Neal Stephenson dans le livre appartenant à la culture cyberpunk « Snow Crash » (1992), décrit par l’auteur comme une sorte de réalité virtuelle partagée via Internet, où l’on est représenté en trois dimensions à travers ses avatar . Dans ce monde, la différence entre les classes sociales est représentée par la résolution de son avatar et la possibilité qui en découle d’ accéder à des lieux exclusifs.

Non seulement l’avatar nous concerne mais, dans son ensemble, la nouvelle dimension « vers » nous amène à affronter un thème fondamental du développement humain, l’identité : non seulement le numérique, mais le global. On parle donc d’états réels de conscience en devenir, de changements en profondeur, partout où il y a une « représentation ».

Qu’est-ce que le métaverse plus exactement ?

Le Métavers se développe dans le monde numérique, sa matière est constituée de données et d’informations , en étroite corrélation avec l’univers de l’objectif, sa structure est l’ espace-temps , la même que celle de l’univers physique. C’est une structure faite de longueur, de largeur, de profondeur et de temps : le cyberespace, essentiellement un univers créé et alimenté par des réseaux de communication mondiaux.

C’est l’heure de l’ expérience , tout le monde veut « sentir », « avoir une expérience directe », même numériquement : le moment est donc venu pour un nouveau saut au pays des avatars – Avaterra. Celui du Métavers est une étape supplémentaire sur la voie de l’émancipation numérique et n’a de sens que dans une vision globale et composite de la complexité d’aujourd’hui : être correctement formé pour utiliser un document Excel à son plein potentiel est tout aussi important que de savoir gérer un construction dans une plate-forme de Réalité Virtuelle – VR .

La réalité virtuelle est l’environnement multimédia natif du métaverse. Le choix de la virtualité découle de la convergence de deux grands modèles de l’informatique : l’ ubiquitous computing , où l’informatique est faite pour apparaître n’importe quand et n’importe où avec le développement des appareils mobiles, toujours plus légers et puissants, le wearable et le cloud computing auquel il permet d’accéder. aux données et leur conservation pratiquement infinie.

Cette convergence a permis la transportabilité sur le réseau d’environnements graphiques qui simulent l’espace, la perspective et les lumières développés par l’infographie la plus simple et la moins chère, partageable et en temps réel.

Donner sens et continuité entre l’Univers sensible et le Métavers numérique, en plus de la corrélation entre données et réalité, c’est le partage de valeurs, d’une « hypothèse de Gaïa » qui au fil du temps a pris de plus en plus de corps et de substance justement dans la présence désormais consolidée du net, le « système nerveux planétaire » qui a rendu objective la Noosphère, la « sphère de la pensée humaine » de Pierre Teilhard de Chardin, devenue Infosphère dans la pensée moderne de la philosophie de l’information de Pierre Lévy et Luciano Floridi .

Facebook, un metaverse « privé » ?

Il n’y a pas encore de détails, mais Marc Zuckerberg a évoqué un projet baptisé Metaverso lors de la convention Facebook Connect 2021, présentant Horizon Home qui semble être la première étape. C’est le nouveau foyer de la plateforme de réalité virtuelle Oculus qui permet la personnalisation de cet espace au sein duquel vous pourrez inviter les avatars de vos amis. Malgré les assurances du directeur financier de Facebook , David Wehner, à propos d’un « métaverse responsable », les problèmes accumulés par les Big Digital Five sont si vastes et complexes qu’il est permis d’en douter.

Après Zuckerberg, Nadella de Microsoft a également évoqué le métaverse lors de l’événement Ignite, qui montrait une vidéo d’une rencontre sur Teams entre deux managers d’ Accenture : l’un en chair et en os, l’autre dans sa version avatar .

Du web au métaverse et vice versa

La réalité virtuelle ne remplace pas le World Wide Web. L’interopérabilité entre mondes et plateformes est l’un des paris les plus importants du Metaverse, en effet on peut dire que c’est le pari, la killer application qui permettra l’adoption du paradigme du Metaverse comme celui du web.

C’est le bon moment pour aller au-delà de la simple automatisation et adopter une vision plus large, associant la transformation numérique à une société intelligente , où de nouveaux paradigmes inclusifs et centrés sur l’humain sont adoptés à tous les niveaux social, économique et culturel. Seule une vision holistique capture toutes les réalités : l’innovation n’est pas une entreprise privée.

Quelques idées de cybergéographie sont nécessaires pour regarder le Métavers dans les yeux. La cybergéographie englobe un large éventail de phénomènes géographiques, de l’étude des infrastructures physiques, des flux de trafic, de la démographie des nouvelles communautés du cyberespace aux mondes virtuels sociaux.
L’étude de la perception et de la visualisation de ces espaces numériques est fondamentale pour s’interroger sur les impacts potentiels des technologies du cyberespace sur l’espace réel : le Métavers part de l’exploration de sa géographie.

Économie réelle et virtuelle, cyber monnaie et propriété intellectuelle : sans convergence et interopérabilité nous n’aurons, comme aujourd’hui, que des réalités indépendantes et isolées, régulées par leurs propres lois et méthodes. Le premier à souffrir de cette fragmentation est le marché, socle de développement de toute société. Tant que nous ne pourrons pas disposer d’un portefeuille pouvant être dépensé dans tous les environnements du métaverse, il n’y aura pas de systèmes d’échange consolidés et partagés, ni de règles égales pour la protection des droits patrimoniaux, nous n’aurons pas un métaverse complet.

Profilage d’identité et de confidentialité et transmigration

Parallèlement à l’économie vient l’identité. l’avatar n’est pas seulement une icône graphique en forme de marionnette, c’est le représentant de l’identité d’une personne. Le maintien de l’identité dans chaque environnement du Métavers doit être un droit et une discrétion, un droit et un devoir de citoyenneté. Avoir une identité permet la reconnaissance des droits et des responsabilités que nous avons dans le monde réel comme dans le virtuel.

Le métavers est la mise en œuvre non seulement d’un espace, mais de la société elle-même. Un monde virtuel sans interactions réelles entre les personnes, comme nous l’ont habitué les médias sociaux actuels, est dépassé, et ce n’est pas un hasard si la pandémie, qui nous a socialement isolés, a rendu nécessaire le développement d’une réalité plus cohérente et intégrée. -emerge.social numérique. Le Métavers doit être l’évolution de cette expérience.

L’expérience utilisateur et les interfaces utilisateur sont des champs d’action du Spatial Computing qui conçoit comment nous allons nous déplacer et comment nous allons manipuler les « choses » du Métavers. Les technologies d’accès sont une véritable mission critique, une pierre d’achoppement contre laquelle de nombreuses technologies prometteuses se sont heurtées. La recherche d’une universalité d’approche de la réalité virtuelle est peut-être une impasse, plus vous aurez probablement des accès différents avec des niveaux d’expérience différents.

La dernière étape pour la réalisation du métaverse complet et complet est la possibilité concrète de trouver ce que nous recherchons, en ayant une « recherche Google » unique, la dernière étape pour la mise en place d’un environnement de recherche où les informations, les choses et les personnes, les avatars , les constructions numériques et les objets réels sont consultables.

Les applications possibles du Métavers

Le Métavers et la réalité virtuelle seront-ils un environnement neutre, comme le web l’ est (du moins dans ses fondamentaux) ? Pourra-t-il tout accepter sans faire de sélection à la source ? L’Algorétique, l’Autorité du Code sera-t-elle en mesure de répondre aux besoins et aux exigences des personnes ? Difficile à prévoir. Pour l’instant, nous nous limiterons à énumérer brièvement quelques domaines d’activité, dont certains sont déjà présents dans Virtual Worlds.

Divertissement, jeux

L’un des premiers et des plus évidents champs d’application de la virtualité, dans tous ses degrés de séparation de la réalité. L’aspect le plus intéressant sera l’émergence de gamepalys originaux au sein du Metaverse, exploitant les ressources du monde dans lequel ils se déroulent, ou la création de spectacles natifs virtuels capables de rassembler un public en comparaison avec lequel Woodstock est une fête de village. .

Corps et mode :

Les avatars sont nos représentants et donc ils expriment non seulement notre volonté, mais aussi nos désirs. Le corps de l’avatar est à la fois sujet et objet de désir, donc la beauté, l’esthétique, la mode tout le monde du soin de soi et du bien-être ont un large terrain de jeu dans le Métavers et les mondes virtuels.

La formation et l’éducation :

Communauté de pratiques, laboratoires, simulateurs. Le Métavers est le lieu idéal pour vivre des expériences à fort impact émotionnel, mais aussi pédagogique. Du Team Building au médical, des écoles de voile aux salles de classe universitaires, le virtuel vous permet de vivre des expériences mémorables comme, et parfois plus, que la vraie.

Art, théâtre, architecture et design :

Le métaverse lui-même est l’œuvre de créateurs. La fortune des mondes virtuels réside dans l’adhésion des créatifs à la plateforme, et ce faisant, en contribuant à la construction des choses, des environnements, des objets qui rendront le Métaverse vivable. Sans aucun doute, les activités natives virtuelles sont essentiellement créatives.

Sciences sociales, marketing, communication :

Une caractéristique des mondes sociaux virtuels est, pour ainsi dire, le métabolisme culturel très rapide des sociétés du monde virtuel. Simuler l’efficacité d’un magasin ou d’une campagne marketing, vérifier l’intérêt du public pour un produit, créer un concours ou concevoir une équipe hybride réelle/virtuelle de créatifs : le Métaverse permet d’avoir des réponses et des vérifications au mieux de n’importe quel sondage. , vous permet de créer un prototype non seulement d’un objet, mais de créer un prototype social et de le tester sur le produit.

La ville virtuelle, géolocalisation :

La ville virtuelle et la ville réelle, la carte et le territoire peuvent s’imbriquer jusqu’à s’emboîter, ou au contraire devenir un prolongement l’un de l’autre. La géolocalisation et la combinaison du réel et du virtuel sont parmi les domaines les plus prometteurs.

Tourisme synthétique :

Synthtravel : voyager virtuellement ce n’est pas « faire semblant de voyager », c’est un outil de plus pour se faire une opinion et vivre une offre, ainsi que savoir qui nous accueillera qui nous accueillera lorsque nous prendrons l’avion.

Bureau virtuel et travail intelligent :

L’évolution des technologies d’identité, le travail Agile, les conférences téléphoniques. Toutes les technologies et solutions de communication et de travail que nous connaissons bien et qui trouvent la synthèse la plus efficace dans la virtualité, et les acteurs majeurs de ce marché proposent déjà des scénarios et des produits à l’intérêt du public et des entreprises. Si jamais il y a un booster pour le Métaverse, ce sera encore une fois la bureautique qui ouvrira la voie, comme pour le web.

L’immobilier virtuel :

La première et la plus rentable des entreprises des mondes virtuels a probablement été les entreprises immobilières. Anshe Chung a été le premier développeur immobilier virtuel de Second Life à capitaliser sur des millions de dollars en courtage foncier virtuel et en arbitrage.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.